Biographie

 

Alexanne Dunn est une artiste émergente originaire de Thetford Mines. Elle vit et travaille à Québec. Principalement par la peinture, elle explore son sentiment d’appartenance envers les territoires miniers de sa ville natale. Elle s’interroge notamment sur notre perception du paysage, les notions d’identité ainsi que sur l’exploration de l’image. Elle a obtenu son baccalauréat en beaux-arts à l’Université Concordia en 2018 et termine présentement sa maîtrise en arts visuels à l’Université Laval. En 2019, elle a exposé son travail à la galerie Art Mûr pour l’exposition Peinture fraiche et nouvelle construction (Montréal), elle a participé à la 2e édition de ARTCH - Art contemporain émergent (Montréal) ainsi qu’à la Rencontre inter universitaire des maîtrises en arts du Québec à l’Écart (Rouyn-Noranda). En octobre 2019, elle a présenté l’exposition Rose Chrysotile à Espace )( Parenthèses (Québec) dans le cadre d’une première exposition individuelle. En 2020, elle a obtenu une bourse de création et de production de Première Ovation.

Démarche artistique 

 

Dans les prémices de cette recherche en peinture se tient le désir d’explorer mon propre sentiment d’appartenance envers les paysages industriels de ma ville natale, Thetford Mines. Ayant grandi en côtoyant ces territoires miniers en ruine, j’entretiens une relation paradoxale avec ceux-ci : le paysage est à la fois associé à un repère familier et à un espace de jeu, tout comme il est le lieu même d’une crise, portant les cicatrices physiques et psychologiques de son passé relié à l’exploitation de l’amiante. 

 

Le coeur de cette démarche se situe cependant dans la traduction de mon expérience du paysage jusqu’à l’atelier, puis dans les choix formels qui l’incarnent. Dans ce processus, j’utilise la photographie comme un outil de traduction. Elle agit comme un filtre entre mon expérience du sujet et sa mise en forme en peinture, une transformation progressive de la réalité vers la photo et de la photo vers la peinture. Dans cette transition, l’oeuvre cherchera à être autonome de ses références, sans toutefois s’en départir entièrement. Naviguant entre figuration et abstraction, je m’intéresse aux tensions qui existent entre le sujet et le médium, entre l’espace représenté et l’espace pictural.